Je suis allé ramasser du pourpier pour me
faire une petite salade, et donc je me suis dit qu’au passage, j’allais vous faire
une vidéo. C’est une excellente plante nutritive, mais
c’est aussi une plante médicinale, je ne sais pas si vous saviez, bref restez avec
moi je vous donne tous les détails dans cette vidéo. Moi c’est Christophe, et je vous fais découvrir
les plantes médicinales sur mon blog AltheaProvence et dans mes formations en ligne. Si vous voulez apprendre à utiliser les plantes
de chez vous, à votre rythme, abonnez-vous à ma lettre d’information gratuite en cliquant
sur le lien sous la vidéo, vous rentrez votre email et au passage vous allez recevoir mon
livret PDF cadeau pour faire vos préparations maison. Vous pouvez aussi vous abonner à ma chaîne
en cliquant sur le bouton rouge qui se trouve sous la vidéo. Et si vous regardez la vidéo depuis YouTube,
vous avez la petite cloche qui se trouve à droite du bouton s’abonner, cliquez dessus,
vous serez notifié lorsque je poste une nouvelle vidéo. Alors, le pourpier. On l’appelle aussi le pourpier potager,
le pourpier des jardins, le pourpier maraicher ou encore la porcelane. C’est une plante qui pousse un peu partout,
vous allez la trouver dans les champs, dans les vignes, dans les terrains pauvres et compactés,
très souvent elle s’invite dans les potagers. C’est une plante qui a un port plat, elle
est couchée sur le sol, et elle supporte de gros stress. On peut la piétiner, elle résiste. Elle résiste aussi à la forte chaleur et
à la sècheresse, elle tolère des terrains très pauvres, et donc c’est donc un couvre
sol parfait je trouve. Le fait qu’elle résiste au chaud est très
intéressant chez moi en Provence parce qu’au jardin, lorsqu’il fait très chaud, on a
les salades qui commencent à avoir triste mine, certaines qui commencent à monter en
graine, et tout autour on peut avoir du pourpier magnifique et bien juteux. Alors figurez-vous que certains jardiniers
ne peuvent pas la supporter. J’ai discuté avec des jardiniers que m’ont
dit que rien que de le toucher, ça les dégoûte, pour une raison qui m’échappe complètement. Surtout ne l’arrachez pas, laissez-le tranquille,
et coupez-en de temps en temps pour vous préparer des salades qui sont très riches. Pas riches en calories, mais riches en nutriments,
on va en reparler dans quelques minutes. Mais d’abord je vous fais une petite description
botanique. Son nom latin c’est Portulaca oleracea,
oleracea car elle est riche en huile, on va en reparler un peu plus tard. C’est une plante annuelle, elle a un port
couché, au ras du sol, elle fait de nombreuses tiges qui partent dans toutes les directions. Les tiges sont charnues, elles ont souvent
une couleur rougeâtre. La plante est glabre, c’est-à-dire qu’elle
n’a pas de poils. Les feuilles sont charnues, remplies d’humidité,
elles font un peu penser à des feuilles d’une plante grasse en fait. Elles ont une forme ovale, elles sont sessiles,
c’est-à-dire qu’elles n’ont pas de pétiole. Les fleurs sont petites et jaunes et elles
ont de 4 à 6 pétales. Le fruit est une petite capsule remplie de
graines. On va maintenant parler de l’aspect nutritif
du pourpier. Vous allez voir c’est une vraie bombe nutritionnelle. Voici ce que les études nous disent. Et entre parenthèses, je vous mets les références
scientifiques dans l’article qui est associé à cette vidéo sur mon site, si ça vous
intéresse, le lien se trouve sous la vidéo. Alors tout d’abord, les feuilles de pourpier
contiennent une très forte teneur en protéines vu que nous avons 44 g de protéines pour
100 g de pourpier sec, c’est énorme, c’est presque la moitié du poids sec. Entre parenthèses, je vais vous donner tous
les chiffres pour 100 g de pourpier sec. Je ne vais pas le répéter. Et sachant que la plante contient plus de
90% d’humidité (3), vous pouvez doubler le poids si vous utilisez du pourpier frais. Donc là, on aurait 44 g de protéines pour
200 g de pourpier frais. Et pour information, juste pour vous donner
une idée d’un point de vue visuel, vous avez ici XX g de pourpier. Ensuite, vous avez les éléments suivants
(2) : – Du potassium : 494 mg ;
– Du magnésium : 68 mg ; – Du calcium : 65 mg ;
– Du fer : 33 mg. Ces 3 minéraux-là, potassium, calcium et
magnésium, sont essentiels au bon fonctionnement de notre métabolisme, de nos os, de notre
système nerveux et musculaire. Et là vous allez peut-être me dire que franchement,
68 mg de magnésium pour 100 g de plante sèche par exemple, c’est pas terrible. Oui mais vous allez bien l’absorber, et
ça c’est important. Gardez en tête que lorsque vous absorbez
ces vitamines et minéraux sous forme naturelle, sous la forme qui nous est offerte par la
nature, votre corps sait comment les métaboliser, et donc vous avez besoin de quantités plus
faibles que si vous les preniez sous forme de compléments alimentaires, de gélules. C’est ça qui est intéressant. Ensuite, parlons des acides gras essentiels. Le pourpier en contient une quantité non
négligeable, entre 0,1% et 0,6% du poids frais, donc ça nous fait entre 100 et 500
mg d’acides gras pour 100 g de plante fraiche (4). Les plus présents, ce sont les acides alpha-
et gamma-linolénique, vous avez donc une combinaison d’acides gras oméga 3 et d’oméga
6. C’est probablement la plante qui contient
le plus d’acides gras essentiels dans la nature autour de nous. En ce qui concerne les vitamines (2), toujours
pour 100 g de plante fraiche, vous avez 26 mg de vitamine C, 22 mg de vitamine E, vous
avez de la B1, B2, B3, B6 et B9. Bref, comme je vous l’ai dit, c’est une
bombe nutritionnelle. En salade, elle a un petit goût acidulé,
elle a aussi un petit côté charnu et légèrement huileux, normal vu qu’elle contient des
acides gras essentiels. Moi j’aime bien la mélanger avec une salade
de tomate, ou une salade de mâche, elle va très bien dans une salade de riz ou de pomme
de terre aussi. Pour l’accompagner, super simple, un peu
d’huile d’olive, un filet de citron, une pointe de sel, c’est délicieux. On peut aussi la passer à l’extracteur
de jus, elle est très souple et très juteuse et donc pourquoi ne pas en rajouter à un
petit jus de légumes. Allez, on va maintenant parler de la partie
médicinale. Tout d’abord c’est une plante qu’on
appelle émolliente, c’est-à-dire qui adoucit les tissus enflammés. Rappelez-vous ce que je vous ai dit, on dirait
un peu une plante grasse avec ses feuilles charnues. En fait les feuilles sont remplies de gel,
un peu comme la feuille d’aloe vera. Ça c’est intéressant. On va donc faire des utilisations très similaires. On peut l’employer pour adoucir les inflammations
de l’œsophage, lorsqu’il y a un reflux gastrique par exemple, inflammations de l’estomac
de type gastrite, inflammation de l’intestin de type colite, tout ce qui est ulcération
des muqueuses digestives. Le docteur Valnet explique qu’on peut aussi
l’utiliser pour tout ce qui est inflammations respiratoires et urinaires. Les inflammations respiratoires, ça peut
aller du simple petit mal de gorge à la bronchite. Les inflammations urinaires, ça peut aller
de la cystite au passage de petits calculs. Ce n’est pas spécifiquement une plante
pour la bronchite, ou une plante pour la cystite, c’est une plante d’accompagnement, et
son rôle, ça va être d’adoucir les muqueuses enflammer. Et là, gardez en tête l’image que nous
donne le docteur Leclerc, il nous dit c’est un « cataplasme à usage interne ». Donc
imaginez-vous la douceur de la feuille de pourpier qui recouvre vos muqueuses enflammées
pour les calmer et leur permettre de se régénérer, un peu comme un cataplasme, un pansement naturel. Le pourpier peut avoir un petit côté laxatif,
au travers de son côté un peu gras, il va stimuler l’axe hépatobiliaire et la bile
a un petit côté laxatif, aussi parce qu’il est riche en humidité, il a une affinité
pour l’eau qu’il va retenir dans le tube digestif pour permettre un meilleur transit. Donc il peut aider si vous avez une petite
tendance à la constipation. Autre point intéressant, Le docteur Valnet
nous explique que le pourpier augmente la coagulabilité sanguine, il permet au sang
de coaguler plus facilement. Et donc Valnet recommande le pourpier lorsqu’il
y a saignements, et même saignements assez sérieux dans son expérience, saignements
des poumons, saignements dans les urines, etc. Et bien évidemment, si ça vous arrive, vous
aller voir votre médecin directement, ne faites pas de bêtises. Pour les formes en tant que plante médicinale,
vous avez la forme « feuille fraîche » comme on a dit, mais vous avez aussi la forme sèche. Vous faites sécher les parties aériennes
et vous en faites des infusions, une forme que personne n’utilise aujourd’hui, c’est
dommage ça peut être pratique pendant l’hiver. Vous coupez les parties aériennes et vous
les faites sécher à plat sur une grille. Ensuite vous les stockez dans des sacs en
papier dans une pièce bien sèche, attention parce qu’elle va facilement se regorger
d’eau si vous la laissez dans un endroit humide et elle peut moisir. Les dosages, chez Valnet, 20 à 30 g des feuilles
sèches par litre d’eau, 3 ou 4 tasses par jour. En application externe, vous pouvez hacher
les feuilles, ou utiliser le jus de la plante passé à l’extracteur pour calmer les inflammations
et les brûlures de peau, là encore un peu comme avec le gel d’aloe vera. Pour les contre-indications :
– Vu que la plante agit sur la coagulation sanguine, il se pourrait qu’il y ait interaction
avec les médicaments anticoagulants, c’est spéculatif mais je pense qu’il vaut mieux
garder ça en tête ; – Évitez d’en prendre trop souvent en cas
de calcul rénaux car la plante est riche en acide oxalique. Et d’ailleurs, c’est pour cette raison
qu’on ne va pas en manger tous les jours non plus, ni la prendre à de trop fortes
doses pendant trop longtemps, car elle peut irriter les reins sur le long terme. Il faut savoir que l’acide oxalique peut
s’associer à des minéraux et se précipiter sous forme de cristaux, cristaux d’oxalate
de calcium par exemple qui peuvent irriter le système rénal. – Autre point, une étude montre qu’il peut
avoir des effets stimulant sur l’utérus, c’est un peu spéculatif vu que dans l’étude
l’extrait de pourpier était injecté dans le sang, mais bon, comme d’habitude, par
principe de précaution on va y aller tout doucement pendant la grossesse. Eh bien voilà pour le pourpier, encore une
plante que l’on trouve partout, que l’on piétine, et qui peut rajouter une grande
richesse dans notre alimentation et notre pharmacie naturelle, je sais pas vous, mais
moi je trouve ça assez formidable. Allez, je vous laisse, si vous avez aimé
la vidéo, merci de laisser un petit j’aime, merci aussi de partager mes vidéos pour faire
connaître les plantes autour de vous. Sur ce je vous dis à très vite.